Dans la civilisation indienne les serpents sont l’objet d’une grande vénération. Élevés au statut de divinités, les Nâga sont représentés avec une tête humaine et le capuchon d’un cobra et élisent domicile parmi les racines de certains arbres. On s’adresse à eux pour vaincre la stérilité, la cécité et les maladies de peau. Ils sont associés à l’eau et on les considère comme les génies des eaux et les faiseurs de pluie. Les Nâga sont aussi les gardiens des trésors souterrains qui seront révélés aux hommes dont le cœur est pur.

Temple de Bhoganandiswara, Nandi Hills

Ces diagrammes sur le sol représentent tantôt un serpent unique, tantôt plusieurs serpents lovés. Leurs queues décrivent des entrelacs savants et forment à l’instar des kolam évoqués précédemment, une ou plusieurs lignes continues et ininterrompues qui se croisent et s’entrecroisent en formant des nœuds. Il est préférable de ne pas les dessiner sur les trottoirs ou sur les lieux de passage car il serait de mauvais augure de les piétiner. Ces représentations trouvent place devant l’oratoire domestique ou dans les temples et dans la cuisine dans le but de les éloigner de la maison. En dehors de ce rite quotidien et du festival qui leur est dédié, il est rare de trouver des kolam de serpents.