Diplôme de l’ÉCOLE PRATIQUE DES HAUTES ETUDES, PARIS SORBONNE
JUMEL, Chantal,  Peintures rituelles et éphémères du Tamil-Nadu et du Kérala
Direction : Marie-Louise Reiniche
DEP 564    Date : 20/12/2002    2 vols.
Bibliothèque des Sciences religieuses
46, rue de Lille, 75007 Paris, France
Téléphone : +33 (0)1 53 63 61 28
https://www.ephe.sorbonne.fr/

Mes livres


VOYAGE DANS L’IMAGINAIRE INDIEN,
Kôlam, dessins éphémères des femmes tamoules.

  • Author: Chantal Jumel
  • Publisher: Geuthner (French – Illustrations)
  • Le livre peut-être commandé directement chez l'éditeur Geuthner
  • Téléphone : +33 1 46 34 71 30

Résumé du livre :

« En Inde du sud, juste avant le lever du soleil, sur les chemins de terre d’un village tamoul ou sur les trottoirs d’une cité soigneusement balayés, des mains anonymes créent du bout des doigts des peintures éphémères appelées kôlam. Cette gestuelle renouvelée jour après jour est l’œuvre des femmes de toutes communautés et croyances confondues. Elles puisent leur inspiration dans la mémoire ancestrale et dans l’observation du quotidien qu’elles réinterprètent dans une savante stylisation du geste pictural.  Les images poudrées tiennent à la fois de la calligraphie, des diagrammes géométriques et de l’ouvrage finement brodé.
Le patrimoine de tradition orale est et demeure fragile et je forme le vœu que ces pages contribuent à enrichir les savoir-faire, les techniques et les patrimoines graphiques de  l’humanité. Une invitation au voyage qui s’offre comme une expérience sensuelle,  esthétique et philosophique de l’Inde et plus particulièrement de la culture du Tamil-Nadu.»

KŌLAM et KALAM, Peintures rituelles éphémères de l’Inde du Sud

Auteur  :  Chantal Jumel     (Lauréate SCAM 2010)
Editions Geuthner
(langue française – Illustrations – livre accompagné d’un DVD Vidéo)
Ce projet a bénéficié de l’aide à l’écriture “Brouillon d’un rêve” décernée par la SCAM.

Résumé du livre:

« En Inde du Sud, écrire ou dessiner sur le sol avec de la farine de riz ou des couleurs végétales et minérales s’appelle kōlam au Tamil-Nadu et kalam au Kérala. Ces deux régions déclinent la peinture éphémère selon deux modes distincts : une activité féminine quotidienne et domestique au pays tamoul et une activité occasionnelle exécutée pour des rites précis et affaire de spécialistes masculins au Kérala.
Ce livre se veut une contribution au patrimoine graphique de l’Inde où la retenue linéaire croise l’opulence du trait et des matériaux. Un paysage visuel des plus originaux qui illustre simultanément les préceptes des traités d’esthétique, les mythes fondateurs hindous, les croyances locales ou les codes du monde contemporain. Loin de n’être que des images vouées à la seule contemplation, les kōlam et les kalam sont les pivots des cérémonies autour desquelles s’articulent une ou plusieurs composantes que sont la prière, la musique, le chant, la danse, le mimodrame et la possession sans oublier la médecine

L’ouvrage peut être commandé directement à la librairie Geuthner.
Téléphone : +33 1 46 34 71 30

Articles

  • Voyage dans l’Inde graphique : Kôlam, images éphémères des femmes tamoules, Arts & Cultures N° 16 / 2015, Coédition Musées Barbier-Mueller / Somogy éditions d’Art.
  • Mandana du Rajasthan, Voyage dans l’univers graphique des femmes, «Rencontre avec l’Inde» Tome 43, n°1, 2014, pages 94-105
  • Hommage à l’Inde des femmes: Kôlam, quand les mains dessinent «Rencontre avec l’Inde » Tome 40, N°2, 2011
  • Kolam, images éphémères des femmes tamoules « Nouvelles de l’Inde » Numéro 389 – Mars-Avril 2008
  • Les Kolams « Nouvelles de l’Inde » Numéro 340 – Mai-Juin 2002
  • Bhaumika Citra : Threshold Art « The India Magazine » Vol.15 June 1995
  • Bhaumika Citra ou l’art de peindre sur le sol « Nouvelles de l’Inde » Numéro 296 – Nov-Déc 1994

Radio

FRANCE CULTURE, “Cultures de soi, cultures des autres” avec Catherine Clément Kolam, ou comment peindre la terre avec Chantal Jumel.

Film

Portail du CNRS audiovisuel, référencement du film Kalam Elluttu Pattu : Peindre et chanter le Kalam  (Film de Chantal Jumel, 1996, 23’, CNRS AV) – pour achat ou location.

« Au Kérala, en Inde du sud, une tradition de peintures éphémères, pour communiquer avec les dieux, se perpétue de père en fils. M. Kurup se déplace dans les maisons ou dans les temples pour y célébrer des rites propitiatoires, appelés Kalam eluttu pattu, traçant des peintures à même le sol. M. Kurup est aidé de son fils à qui il transmet cette tradition (la maîtrise de la science des proportions et des couleurs, ainsi que la liturgie). Tous deux invoquent la divinité en prononçant des mantras et réalisant des mudra (postures rituelles des mains). Puis ils chantent l'origine de la déesse et ses exploits en s'accompagnant d'un instrument à percussion appelé iddeka.