Le festival adoré des Hindous du Tamil-Nadu, du Kérala et du Sri Lanka

Cette année, j'arrive à Chennai le jour où la constellation de Karthigai ( les Pléiades) coïncide avec Pournami, la pleine lune du mois de Karthigai (mi-novembre à mi-décembre) selon le calendrier tamoul. À 8000 km de là, par une étonnante simultanéité du calendrier, la ville de Lyon célébrait la Fête des Lumières qui a lieu chaque année autour du 8 décembre. La tradition veut que chaque famille place sur le rebord des fenêtres, des verres garnis d'une bougie appelés « lumignons ». Cette offrande de Lumière rend hommage à la Vierge Marie pour avoir épargné la ville de l'épidémie de peste qui sévissait en 1643 dans le Sud de la France. En Inde du Sud, Karthigai Deepam est un des plus anciens festivals célébré par les Tamouls. Dans le quartier très animé de Mylapore à Chennai, il revient à une même famille depuis des générations, d'allumer 1008 lampes à huile en terre cuite sur les marches du bassin attenant au temple de Kapaliswarar. La vision de ces milliers de flammes dans la nuit est un moment magique empreint de sérénité.

Bassin illuminé du temple de Kapaliswarar à Chennai

Six étoiles à l'origine du mythe de Karthikeya

La constellation des Pléiades apparaît comme un amas couvert d'étoiles, six d'entre elles parmi les plus brillantes sont appelées Krittikas dans les textes hindous et sont comparées à un ornement d'oreille. Dans la mythologie hindoue, ces étoiles sont les nymphes célestes qui ont allaité et choyé sur les rives du lac Saravana, six bébés nés du dieu Shiva. On raconte que la déesse Parvati, dans un élan d'amour serra dans ses bras les enfants qui s'unirent en un seul corps pour devenir un jeune homme à six têtes (Aroumougam, littéralement l'enfant aux six visages). Mourougan ou Karthikeya est une divinité majeure pour les Indiens du Sud de l'Inde et apparaît souvent en compagnie de ses deux épouses Valli and Devasena. Dans la littérature des Sangam, il est déjà glorifié comme dieu de la guerre et son jeune frère n'est autre que Ganesha ou Pillaiyar. Habillé comme un guerrier, il porte une lance appelée vel et sa monture (vahana) est un paon. On le représente tantôt avec une tête, tantôt avec six.

Au Tamil-Nadu, Mourougan est représenté entouré de ses deux épouses Valli et Devasena 

Karthigai Deepam dans les maisons

Karthigai est essentiellement une fête où l'on allume des lampes à huile à l'extérieur comme à l'intérieur des maisons. Les lumignons éloignent les forces obscures et c'est ainsi que l'on dispose et allume dans les endroits clés du foyer, des lampes en terre cuite, achetées par dizaine sur le marché. Elles ornent également le kolam dessiné sur le pas de la porte.

Réunion familiale et heureux de poser pour moi

Les kolam de ce festival sont souvent des variations autour des motifs de lampes à huile. Une femme rencontrée lors d'une de mes pérégrinations m’explique que l'huile de la lampe représente le côté sombre du mental — l'envie, la jalousie, la haine etc — alors que la mèche allumée symbolise la Conscience suprême ou Atma.

En dehors des kolam de lampes à huile qui fleurissent ça et là, il est un dessin singulier, peu dessiné et qui personnifie les six visages du dieu Karthikeya sous la forme de six étoiles placées au centre du diagramme.

Que la Lumière vous accompagne.